Le bambou phyllostachys ou bambou traçant

Ah les bambous…Vous aimez leur silhouette gracile qui ondule au vent, leur feuillage graphique qui bruisse au moindre souffle, leurs chaumes raides et colorés…Bref, vous craquez pour ces végétaux tendance, au look un tantinet japonisant. Tout en connaissant leur côté invasif et colonisateur. Alors, si vous vous sentez disposé à creuser une tranchée pour installer une barrière anti-rhizomes, on vous dit tout sur le bambou phyllostachys, le roi des bambous.

Le bambou phyllostachys, une grande famille des bambous

Il n’y a pas un bambou mais des bambous. Et même deux grands familles, celle des bambous cespiteux qui ont l’avantage d’être non traçants, et celle des traçants, parmi laquelle les bambous phyllostachys jouent les stars. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’ils poussent vite. Et ça c’est l’idéal quand on veut créer une haie pour se protéger des regards du voisinage.

Ajoutons à cette faculté, le fait que la bambou phyllostachys ne soit pas trop exigeant en termes d’arrosage, de sol et d’ensoleillement. Un sol drainé, suffisamment riche, lui suffit. Et plus le sol sera riche en nutriments, plus les rhizomes resteront autour du pied mère. Si le sol est pauvre, les rhizomes iront chercher ailleurs ce dont ils ont besoin. Au risque de coloniser le jardin du voisin si vous n’avez pas installé une barrière anti-rhizomes.

Enfin, le bambou phyllostachys se contente d’un emplacement ensoleillé ou à mi-ombre. Quant aux arrosages, ils ne seront nécessaires, copieux et réguliers que la première année. Ensuite, ils se débrouillent.
Plantez-les à l’automne, ils profiteront de la chaleur de la terre et auront le temps de s’installer avant le printemps. Et si vous n’avez qu’un balcon ou une terrasse, le bambou phyllostachys y trouvera sa place, dans un pot solide pour résister à la force de ses rhizomes.

Quelques beaux spécimens de bambous phyllostachys

On vous a présenté le bambou phyllostachys comme une star. C’en est une tant sa variété de couleurs de cannes, de feuillage, de taille est vaste. Et comme il faut bien en choisir quelques-uns, nous avons fait une sélection pour plaire à tout le monde.

  • Le bambou phyllostachys auréa : ou bambou doré de par ses cannes vertes qui deviennent jaunes au soleil. D’ailleurs, c’est un bambou qui se complaît au soleil. Il peut atteindre 10 mètres sans complexes.
  • Le phyllostachys auréosulcata spectabilis : c’est un bambou moyen qui ne dépassera pas les 7 mètres. Il est surtout caractéristique par ses chaumes jaunes et vertes. Il résiste bien au froid et forme des haies denses.
  • Le phyllostachys nigra : ses chaumes passent du vert au noir en vieillissant. Son feuillage est très fin et persistant mais il est peu résistant au froid (jusqu’au – 12°)
  • Le phyllostachys humilis : un tout petit bambou par rapport à ses congénères qui mesure de 3 à 5 mètres. Lui aussi est apprécié pour la beauté de ses cannes qui combinent trois couleurs : le vert, le brun et le jaune orangé
  • Le phyllostachys bissetii : c’est un bambou costaud qui peut résister à des températures descendant jusqu’à – 24 °. Son feuillage est très dense et ses cannes d’un beau vert.
  • Le phyllostachys nidularia : ce bambou-là est charmant par les nœuds saillants qui parsèment ses cannes. Il résiste jusqu’à -20 ° et est idéal, planté en haie.
  • Le phyllostachys auréosulcata auréocaulis : ses cannes jaunes qui forment des zigzags ne peuvent que plaire aux amateurs de bambous. D’autant qu’elles virent au rouge au soleil.
  • Le phyllostachys nuda : il résiste aux grands froids comme à la sécheresse. Et fait dans l’originalité avec les nœuds de ses cannes recouverts de pruine blanche.Ne vous reste à présent plus qu’à faire votre choix. Et à vous armer de courage pour mettre en terre ces bambous qui sauront vous récompenser de leur beau feuillage et de leurs cannes colorées tout au long de l’année